Quand on prend beaucoup le train, on... lit beaucoup ! Enfin, plus que d'habitude ;)

 

9782258091795[1]

Etudiante en médecine légale et fashion victim, Alice Allevi est une jeune femme dynamique et pleine d'ambition qui n'échappe pas au cliché de l'élève attirée par son professeur. Quand ce dernier, Claudio, l'invite un soir à l'accompagner sur une scène de crime, Alice jubile de pouvoir enfin montrer de quoi elle est capable. Quelle n'est pas sa surprise de découvrir que la victime n'est autre que la jeune fille rencontrée la veille dans une boutique de vêtements branchée. Troublée par cette coïncidence, Alice ne peut s'empêcher de se mêler de l'enquête...

Savant mélange de Kay Scarpetta et de Bridget Jones, la «mauvaise élève» est déjà un phénomène en Italie, où elle a séduit plus de 70 000 lecteurs !

 

Gentillet, sans plus...

 

 

k10[1]

Bruce, un quadragénaire divorcé, un peu ours, un rien misogyne, est sauvé in extremis par une greffe cardiaque. Après l'opération, sa personnalité, son comportement, ses goûts changent de façon surprenante. Il ignore encore que son nouveau coeur est celui d'une femme. Mais quand ce coeur s'emballe avec frénésie devant les tableaux d'un maître de la Renaissance italienne, Bruce veut comprendre. Qui était son donneur ? Quelle avait été sa vie ? Des palais austères de Toscane aux sommets laiteux des Grisons, Bruce mène l'enquête. Lorsqu'il découvrira la vérité, il ne sera plus jamais le même...

 

Intéressante question : est-ce qu'un organe greffé continue à faire vivre un peu du donneur à travers le receveur ?

Malgré la belle écriture de Tatiana de Rosnay... ...

 

la-pluie-avant-qu-elle-tombe[1]

offert par Agnès

Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S'appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd'hui, l'histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l'enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences ? Tout Jonathan Coe est là : la virtuosité de la construction, le don d'inscrire l'intime dans l'Histoire, l'obsession des coïncidences et des échos qui font osciller nos vies entre hasard et destin. Et s'il délaisse cette fois le masque de la comédie, il nous offre du même coup son roman le plus grave, le plus poignant, le plus abouti.

 

Tout à fait d'accord avec la fin de cette quatrième de couverture !

 

 

9782757830932[1]

Elle rêvait d'orages et d'absolu.
A 21 ans, Anne est enfermée dans un mariage doré et gaspille ses journées dans des aventures sans passion.
Tout l'afflige et l'ennuie. C'est donc ça, la vie ?
Un jour, un télégramme du Maroc lui annonce la mort de son père.
Elle ne sera plus jamais la même.
J'ai lu cet avis en cherchant la photo de la couverture. Cela pourrait être le mien.
"Une histoire d'amour entre une jeune femme de 21 ans, Anne, et un homme de 53 ans, Serge, l'ami de son père décédé. Malheureusement, une histoire d'amour dure, impossible, brutale voire violente racontée avec des mots crus. Une relation fusionnelle et trop passionnée qui met mal à l'aise."

 

 

510QJ05D27L

L'appartement correspondait exactement à ce que Pascaline, une informaticienne de quarante ans, avait imaginé pour sa nouvelle vie de femme divorcée, sans enfants. Un deux-pièces calme et clair donnant sur une rue animée.
Mais à peine installée, Pascaline apprend par une voisine qu'un drame s'est déroulé entre ces murs. Comment vivre dans des lieux marqués par l'horreur ? Comment continuer à y dormir comme si de rien n'était ? Et pourquoi Pascaline ne cesse-t-elle d'y penser ? Lentement, sûrement, par touches infimes, cette tragédie ranime chez elle une ancienne douleur, une fragilité secrète restée longtemps enfouie. Seule face à la mémoire des murs, elle devra affronter son propre passé.
Dans ce sixième roman, Tatiana de Rosnay explore avec lucidité l'univers troublant de l'obsession, ses vertiges et ses abîmes.

 

Pourquoi certaines personnes refusent d'aller voir un psy ???

 

 

Le titre vous le disait...

pour l'essentiel des lectures de TGV ou de plage...